Lettre n°20

ÉDITO

Hommage à Léon Herz

Le fil est coupé, Léon n’est plus, mais il reste présent par toute son action, son engagement, et nos souvenirs partagés.

Léon, les chemins de ta vie ont été longs et difficiles. Ils ont pris parfois des directions variées. Tu as surmonté beaucoup d’obstacles mais ton but était toujours le même : servir les autres.

Ce combat pour les autres, ce combat pour faire reconnaître la dignité des plus faibles et des plus fragiles de notre société n’était pas chose facile. Il a fondé non seulement ta vie publique mais aussi toute ton existence, toi, justement, dont la jeunesse a été particulièrement bouleversée.

Juif allemand dans cette période terrible des années 30-45 ; Orphelin de mère à 6 ans du fait de la brutalité des nazis ; Père résistant politique, échappé de Dachau et vivant caché ; Toi, confié à des organisations de secours aux enfants, avec une éducation chaotique et sauvé par des réseaux de solidarité mis en place par des justes dont le courage a éclairé une période très sombre. Tu as su transformer la souffrance de la rupture en une formidable énergie de vie et de combat. Depuis, ton engagement pour les autres ne s’est jamais démenti. Tu as su transformer la souffrance de la rupture en une formidable énergie de vie et de combat.

L’élu du peuple est investi d’une mission essentielle, celle de servir. Pour toi Léon c’était ainsi, participer à la destinée des gens. Avec trente ans de mandat municipal dont vingt-quatre en tant que maire, tu as fait d’Ecquevilly une ville autonome avec des équipements et services sociaux (crèche, école, centre social, centre de loisirs, club de prévention, association Mosaïque, nouvelle mairie, gendarmerie), scolaires (collège) sportifs (halle de sport), culturels, économiques (développement de la zone artisanale) avec de nombreux services et un patrimoine préservé (restauration de l’église et du colombier). Bref, une ville qui compte dans la région.

Léon, ta plus grande force : c’était ta ténacité. Pour le handicap : quel chemin parcouru ! Tu n’as jamais lâché prise. Quand tout semblait impossible, cela n’était pas parce qu’on s’était trompé de route, mais parce qu’on n’était pas encore allé assez loin ! Président du syndicat des handicapés, tu as commencé avec un seul établissement, l’IME aux Mureaux, et tu as été un vrai bâtisseur, d’autant plus désintéressé tu n’étais pas impliqué personnellement. Et nous en sommes maintenant à 19 établissements et services répartis sur l’ensemble de nos 33 communes. L’un des plus beaux compliments que l’on peut te faire, c’est celui des parents d’enfants handicapés :  « Monsieur Herz était un homme porteur d’espoir ».

Bien sûr Léon tu avais du coffre, et une carapace, tu en imposais par ta stature et par ta voix, mais n’est-ce pas la marque d’un vrai dirigeant que de montrer la route avec force et sans hésitation ! Homme public, tu savais surmonter la critique ou la malveillance. Derrière se cachait le vrai Léon : sensible, généreux et intègre, intelligent et curieux. Ta probité est légendaire, chacun sait que tu versais tes indemnités, pourtant amplement méritées, sur un compte spécial : ceci afin d’aider les associations, acheter les coupes pour les matchs, financer le buffet pour les vœux ou récompenser tes collaborateurs méritants. Pour toi, cet argent public devait rester public.

Tes médailles tu les as bien méritées : palmes académiques, jeunesse et sports, ordre national du mérite. Mais celle qui te touchait le plus, c’était la Légion d’Honneur, parce que c’est le signe de la reconnaissance de la nation, à toi, l’ancien juif allemand apatride. Léon, tu étais respectueux de tes engagements et fidèles à tes amis, à tes soutiens. Je pense tout particulièrement à Henri Cuq, Franck Borotra, et bien sûr Gérard Larcher qui tous te faisaient confiance. Tu savais reconnaitre le dynamisme de tes collaborateurs et encourager leur talent : je peux modestement en témoigner. Léon, tu as dû surmonter la détresse humaine alors tu as fait revivre l’humanisme.

Issu d’une famille brisée, tu as su créer une famille unie et aimante avec ta femme Jeanne exemplaire et tes deux enfants, tes petits et arrière petits enfants.

Ton choix d’être kiné, c’est vouloir contribuer à soulager la souffrance humaine.

« C’est faire confiance à la vie que se mesurer à l’impossible », disait Charles de Gaulle.

Léon, par ton engagement sans faille, tu as redonné espoir et dignité aux familles de personnes handicapées. De ton expérience de vie au sein d’une société cassée, arrivé à Ecquevilly, tu as su bâtir une commune où il fait bon vivre. Ta lutte pour faire respecter l’homme dans toutes ses différences restera un exemple permanent.

Merci Léon…

Hubert François-Dainville

À LA UNE

Le Syndicat Intercommunal fête ses 50 ans

En 1969, 16 communes (Aubergenville, Bouafle, Hardricourt, Chapet, Ecquevilly, Evecquemont, Flins sur Seine, Gaillon sur Montcient, Les Mureaux, Meulan en Yvelines, Mézy sur Seine, Tessancourt sur Aubette, Triel sur Seine, Vaux sur Seine, Verneuil sur Seine et Vernouillet) se regroupent pour créer un Institut Médico-Educatif. C’est en 1972 que cet IME, toute première structure, voit le jour.

Le syndicat intercommunal a changé trois fois de nom. Le tout premier « Syndicat de l’Institut Médico-Educatif et autres établissements pour handicapés de la région des Mureaux » devient en 1994 « Syndicat Intercommunal des Etablissements pour Handicapés du Val de Seine ». En 2014, il devient « Handi Val de Seine Syndicat Intercommunal » et adopte un nouveau logo.

En 50 ans, trois présidents se sont succédés (Monsieur Metayer, maire des Mureaux, Monsieur Herz, maire d’Ecquevilly et Monsieur François-Dainville, maire-adjoint à Verneuil-sur-Seine, élu depuis 2007) et le territoire s’est étoffé passant aujourd’hui à 33 communes (185 000 habitants). Chaque commune participe au fonctionnement du syndicat intercommunal en finançant 1,184 € par habitant.

Trois agents travaillent au syndicat intercommunal : une responsable administrative et financière qui gère le fonctionnement, les finances, les travaux et les projets, une comptable qui s’occupe du budget et des ressources humaines et une assistante qui gère l’administratif courant. Elles ont toutes les trois un statut de fonctionnaire . Elles assurent un service efficace et ne ménagent pas leurs efforts pour œuvrer en faveur des personnes en situation de handicap.

Le syndicat intercommunal a construit et réhabilité 11 bâtiments, et projette de construire un nouveau foyer à Hardricourt regroupant le foyer d’hébergement et le foyer de vie, et de réhabiliter le 3ème niveau de la MAS d’Ecquevilly pour y accueillir 7 nouveaux résidents.

Les travaux de construction du pôle TSA du SESSAD des Mureaux se terminent et ce nouveau bâtiment accueillera 13 enfants et adolescents dans d’excellentes conditions.

Les élus de nos communes, notre conseil d’administration, les responsables administratifs de nos sièges, nos directeurs d’établissement et les personnels sont tous convaincus du bien-fondé de ces projets en faveur des familles et des personnes en situation de handicap des communes adhérentes au syndicat. Ils ne comptent jamais ni leurs efforts, ni leur dévouement.

Réaliser des équipements nécessite des efforts et de la détermination, mais aussi beaucoup de temps.

Nous pouvons être fiers de ce que nous avons réalisé et continuons dans ce sens !

Il est nécessaire de s’engager résolument dans ce vaste chantier que constituent la reconnaissance, l’insertion et l’épanouissement de la personne handicapée dans la société. C’est ainsi que nous donnerons son vrai sens à l’égalité des chances.

Denise Immelé

ZOOM

Extension de la MAS Léon Herz

Comme vous le savez déjà, les pensionnaires du foyer de vie d’Ecquevilly prendront leurs quartiers dans leur nouvelle maison à Hardricourt début 2022. L’Agence Régionale de Santé a validé le financement de 7 places supplémentaires destinées à des personnes polyhandicapées, permettant ainsi de répondre au besoin de places en établissement, tout en permettant à la MAS d’accroître ses ressources (les charges étant actuellement réparties proportionnellement entre la MAS et le Foyer de Vie) et garantir son équilibre budgétaire.

Ce projet d’extension va permettre de repenser l’organisation générale de la structure ainsi que l’accompagnement des résidents, afin de pouvoir répondre au plus juste à leurs besoins, tout en y intégrant également le vieillissement de la population accueillie. Lorsque le dernier étage de la MAS sera libéré, les travaux de réhabilitation démarreront. A cette occasion, il est prévu de dédoubler 5 chambres existantes qui ne peuvent plus accueillir deux résidents dans un même espace d’hébergement restreint.

Le syndicat intercommunal lancera les procédures administratives de ce projet en 2020.

Cette extension a été pleinement intégrée au nouveau projet d’établissement de la MAS, permettant ainsi de souder une équipe de professionnels vers un but commun : l’accompagnement adapté des personnes accueillies en tenant compte de leurs spécificités individuelles.

Denise Immelé – Cécile Poingt

Questions à

Murielle Gaignard

Chef de service administratif et financier

Pouvez-vous vous présenter ?

Sous la direction du Directeur administratif et financier Laurent Surcin, j’occupe la fonction de Chef de service administratif et financier d’Handi Val de Seine depuis le 1er juin 2013. Je suis en charge du service paie mais également du service comptable.

Quel est votre rôle au sein du service paie ?

Je m’occupe de la veille réglementaire, de la conformité du paramétrage et de la présentation des bulletins de salaire, de la supervision de l’ensemble de nos obligations déclaratives (DSN/Taxe sur les salariés…), mais aussi de la préparation des budgets de masse salariale avec Saïd Laabd, le technicien administratif et financier.

De combien de personnes le service est-il composé ?

Il se compose de trois techniciens paie ne représentant que 2.40 ETP puis d’un technicien administratif et financier en charge des mises à jour technique et informatique et qui me seconde dans mes missions de supervision des comptes administratifs.

Quel lien entretenez-vous avec les autres établissements ?

Nous sommes en lien direct avec tous les établissements et en support pour toutes les demandes. Nous travaillons avec les référents RH qui ont pour mission de gérer les contrats, centraliser les informations de paies et saisir les variables de paies.

Pouvez-vous nous en dire plus sur la création du service (jeune service 01/01/14) ?

Avant la création de ce service administratif et financier, les paies étaient traitées par un cabinet d’expertise comptable. Cette mise en place d’une équipe centralisée au siège avait comme objectif d’assurer un service optimal, à savoir la réactivité dans les domaines de la comptabilité et de la paie. Nous traitons à ce jour plus de 800 bulletins par mois pour 15 établissements. Cette équipe jeune est stable, bien formée et impliquée.

Que peut-on en attendre à l’avenir  ?

Nous avons pour objectif d’instaurer un système de roulement pour que chacun connaisse tous les dossiers et puisse devenir un véritable « backup » en cas d’absence d’un de ses collègues. Il s’agira également de former un technicien de paie à la gestion informatique du logiciel de paie, à la fois complexe et  pointu pour soutenir le travail du technicien administratif et financier.

Télécharger la lettre au format PDF

FINANCEURS

ARS_idf_124_71

Show Buttons
Hide Buttons